Selon l’observatoire Rambertois, l’astéroïde Oumuamua en forme de cigare ne serait pas ce que l’on pensait

Composé à 98,99 % de matière organique extraterrestre vitrifiée, l’astéroïde Oumuamua en forme de cigare ne serait pas un vaisseau extraterrestre mais juste le résultat  d’une circoncision intergalactique ayant mal tournée.

Depuis sa récente découverte le 19 octobre par le télescope Pan-STARRS1 situé à Hawaï, un mystérieux astéroïde ne cesse d’intriguer les scientifiques, ce qui explique que les radiotélescopes du monde entier se braquent vers lui à mesure qu’il traverse notre système solaire. Doté d’une drôle de forme ressemblant à un cigare, il possède une couleur rose tirant vers des teintes sombres.

Baptisé « Oumuamua » – le « Messager » en langue hawaïenne -, cet objet céleste fascine toute la communauté scientifique internationale. Par sa forme, d’abord. Il mesure 400 mètres de long sur 40 de large. Il ressemble donc à un gigantesque cigare et cette forme est sans précédent parmi les très nombreux astéroïdes et comètes répertoriés dans notre système solaire, les astronomes ont donc conclu sans équivoque que cet astéroïde était de nature interstellaire.

Sa composition demeurait totalement inconnue jusqu’à ce qu’une équipe de scientifiques de l’observatoire  municipal de St Rambert arrivent à décrypter la nature exacte des éléments le constituant. Doté d’un émetteur hautes fréquences cyclo-parabolique à circonvolution stationnaire (EHFCPCS pour les initiés), les astronomes Rambertois ont envoyés un train d’onde pulsé de haute puissance en direction de l’objet intergalactique. Les ondes réfléchies et renvoyées sur terre n’ont laissé aucun doute sur sa composition.

« Cet objet est en fait la conséquence d’une circoncision Alien vitrifié ayant été mal réalisée » déclare ému Jean-Paul Têtenlair, le directeur de l’observatoire . Et de rajouter : « Nous n’avons aucune idée de la forme ni de la taille de l’Alien l’ayant perdu  mais nous pouvons affirmer avec certitude que la bestiole était d’une taille conséquente et souffrait d’une blennorragie purulente ».

La communauté scientifique se trouve soulagée par cette annonce et croise maintenant les doigts pour que la verge intergalactique ne vienne pas percuter notre planète, bien que certaines personnes de tout sexe se prennent à rêver et se proposent pour amortir cette pénétration  inter-civilisationnelle potentielle. Nous nous inclinons devant tant abnégation doublée d’un appétit à la taille de cette chose.

 

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS : 0